Je m’appelle PEYRAC , je suis un vieux coq rabougri du fond de la vieille Gascogne.

coq.jpg

Par un pur hasard il m’a été permis de visiter une grande basse cour de la région parisienne.

Chaque poulailler était étiqueté…je me suis donc dirigé avec obéissance vers celui qui correspondait à mon âge.

Quelle ne fut pas ma stupeur et mon ahurissement en découvrant cette basse cour ! ça caquetait tout le temps et toutes les vieilles poules parlaient à la fois.

A mon arrivée….les poules se sont tues. J’étais en observation…visiblement on n’aimait pas les étrangers ici ;

Du fond de la cour un vieux Coq s’est mis à rouscailler ! je devait sentir le Floc ou avoir une allure de syndicaliste.  Puis il est reparti en grommelant dans son coin.

Les caquètements ont repris. J’avais du mal à comprendre leur langage. Chaque caquètement était bref et les vieilles poules piétinaient sur leurs ongles.

J’ai très vite appris à décrypter leur curieux babil ….mdr et ptdr…signe de satisfaction, lorsque celle-ci était intense ça devenait Mdrrrrr et ptdrrrrrrr …..et puis il y avait des subtilités, lire « sourire » et non pas « rire » tout en nuances….

Et puis rirrrrr et la poule sautillait encore plus vite sur ses pattes

Il n’y avait pratiquement que les vieilles poules qui parlaient, les vieux coqs roupillaient dans leur coin, assommés par le vacarme.

 

J’avais beau être vieux et enfermé dans mon patois, ces vieilles poules me faisaient de l’effet…..je me suis mis à leur courir après …je les voulais toutes ! Elles étaient appétissantes et bien dodues. alors ça a caqueté encore plus vite et plus fort, elles couraient dans tous les sens ….quelques duvets virevoltaient dans la débandade…..

Au milieu de la cour une vieille poule plus grande que les autres me surveillait du coin de l’œil, elle avait une sorte de médaille autour du cou et un FLASH  BALL sous l’aile. Son langage était différent, en tout cas ses caquètements étaient plus longs et donnaient le signe d’une certaine éducation . Elle avait une certaine autorité ….les autres poules l’écoutaient avec respect et déférence.

En tout cas en quelques sentences elle m’a vite dissuadé de lui courir après.

J’ai tenté de me glisser dans la caquètement général. A l’évidence les Gallinacés du coin ne comprenaient pas mon patois Gascon.

Et mes articulations aux pattes un peu rouillées m’empêchaient de sautiller sur leurs ongles comme elles le faisaient

La grande au FLASH BALL était très agile sur ses pattes lorsqu’ elle dansait ….ça me rappelait un peu les ballets de LORD OF THE DANCE , le corps ne bougeait pas ; seules les pattes s’activaient à une vitesse incroyable.

Et puis une autre vieille poule a attiré mon regard….elle avait un FLASH BALL elle aussi. Elle était très belle et parlait peu. Bizarrement elle ne sautillait que sur une seule patte, mais sa danse était aussi rapide que l’autre. J’avais bien envie de lui courir après….mais elle m’esquivait comme un toréador devant un toro un poco loco. Et ses caquètements étaient brefs mais charmants. La corrida a duré trop longtemps alors je me suis lassé…l’âge !

Et toujours ce caquètement général en bruit de fond….

A un moment donné on a lâché un vieux coq très mal élevé dans la cour. il mettait la mains aux fesses à toutes les poules, et ses blagues bien grasses en faisaient caqueter plus d’une…..d’autres en avaient le gésier en travers. Il parlait fort , et faisait voler plein de duvet.

Un Flash Ball a été brandi et il est reparti la plume entre les pattes.

Tout obéissait à un rituel bien rodé. Lorsqu’une poule arrivait dans la cour, c’était la cérémonie des salutations. Tout le monde y passait….gare à celle qui en oubliait une !

De temps en temps l’attraction la plus courante était le crêpage de plumes général…..surtout lorsque la police était de repos.

Il y avait les sournoises avec le caquet fourchu, il y avait les dodues , aux bourrelets de graisse qui tremblotaient de fureur , il y en avait une aussi à l’accent méditerranéen qui était sympa , avec de jolis yeux bleus qui aurait pu être charmante s’il n’y avait eu son léger strabisme.

Il y avait la bécassine du poulailler aussi… qu’on laissait caqueter avec bienveillance.

Je suis passé dans cette basse cour comme un étoile filante…..personne ne m’a remarqué…j’en ai gardé un très bon souvenir …je n’y reviendrai sûrement pas….ce n’était pas mon monde….et mon patois a eu beaucoup de mal a passer, et je n’avais pas l’accent.

Et puis il y avait aussi ma vieille poule à moi , qui m’attendait sagement dans mon poulailler du fin fond de la Gascogne , et qui n’a même pas eu besoin de me rappeler , sure de ses charmes , …….me connaissant trop bien.

La vie est belle……dur de finir roti…..

La bétaillère n’est pas partie….. Une histoire de carburant parait il….. Alors moi PEYRAC le vieux coq rabougri, j’ai pu profiter encore un peu de cette immense basse cour industrielle.

J’étais littéralement fasciné par l’organisation des lieux…Nous n’avions pas ça en vieille Gascogne.

Chaque poulailler avait sa cour, et il y avait des cages autour, pas toutes pleines.

Beaucoup de vieilles poules caquetaient de cage à cage en trépignant sur leurs ongles, d’autres somnolaient.

Appuyé au grillage, j’observais tranquillement, plus personne ne faisait attention à moi.

En hauteur, sur une sorte de mirador, à côté du compteur électrique, il y avait un coq …sans doute un vieux Coq pensais je car je ne voyais que les pattes…..et on lui avait jeté dessus une sorte de drap de lit. Sans doute était il très laid, et on a fait ça pour ne pas contrarier la ponte des vieilles poules, déjà sensibles à tous les traumatismes. Il ne caquetait jamais…ou très peu….tout le monde pourtant avait l’air de l’apprécier…..peut être parce qu’il avait l’aile posée sur le disjoncteur général et c’était rassurant.

Dans les cages, chaque volatile avait accroché au dessus bien en évidence son nom….un écriteau d’ordinaire pendu autour de leur gros cou. C’était bizarre ces noms….chacun les choisissait à sa convenance. Beaucoup y mettaient leur numéro de département….comme si ça pouvait faciliter l’appairage….d’autres faisaient directement passer des messages sans ambiguïté.

J’ai remarqué une vieille poule qui ne caquetait presque jamais hors de sa cage , son nom devait indiquer qu’elle devait sûrement travailler aux Impôts . En tout cas elle avait le caquet incisif et l’ergot acéré. Souvent elle riait toute seule de ses propres blagues….Moi aussi je riais… Souvent par politesse parce que je ne comprenais pas toujours ses galéjades. Manifestement elle avait son Fan Club…beaucoup de vieilles poules gloussaient aux éclats à chacune de ses saillies.

D’autres se confondaient longuement en embrassades….des redressements fiscaux arrangés sans doute….

A un moment donné un superbe coq est rentré dans la cour…… Son plumage était beau et bien entretenu. La plupart des vieilles poules ont ralenti leurs piétinements… L’œil rivé sur le nouvel arrivant …je dis bien « l’œil » car le gallinacé a une vision latérale comme le cheval, et s’il vous regarde de face, soit il louche, soit il vous voit en double et mal….. C’est la raison pour laquelle une vieille poule vous regarde toujours de côté, et vous donne toujours l’impression de réclamer une bise sur la joue.

Le nouvel arrivant caquetait peu…pas du tout même. Il était couvé du regard par la grande au FLASH BALL et à la médaille.  Peut être n’avait il rien à dire …..mieux vaut pas d’ailleurs. C’est souvent comme les ravissantes caissières de Supermarché ….dès qu’elles parlent le rêve s’effondre. En tout cas il tournait autour des vieilles dodues pour se montrer…. Ca caquetait de plus belle dans les cages. Il avait l’air d’apprécier les femelles d’expérience… ! Les conversations tournaient toujours autour des mêmes sujets….le nombre de graines avalées chaque jour , afin d’éviter de terminer à la rôtisserie trop vite,…..cette dernière jouxtait le poulailler étiqueté « 55ans 3eme âge » et c’était la dernière étape.

Le beau Coq détonnait donc au milieu de ces vieilles peaux….la grande au FLASH BALL n’en avait cure, elle savait la rôtisserie pas très loin …et c’est à grand renfort de musculation qu’ elle parvenait à retarder l’échéance.

Après les salamalecs qui n’en finissent jamais, souvent revenait la question du vieux coq gouailleur si mal élevé…..on pouvait d’ailleurs entendre ses cris dans le poulailler d’à coté .

L’employée aux impôts semblait vouloir son retour, bécassine aussi, la marseillaise sautait haut sur ses pattes pour caqueter que oui….

Celles qui ont eu la main aux fesses restent réservées…..le drap de lit ne dit rien  …il sait qu’il est inutile de caqueter pour ne rien caqueter….

En tout cas les poules aux FLASH BALLS s’interrogent de l’œil sans trop savoir sur quelle patte danser, ce n’est pas un problème pour la plus jolie….elle n’en a qu’une !

Comme c’était calme…….  J’ai décidé de me balader…….. Un long chemin courait le long des poulaillers…..plus on descendait plus les étiquettes variaient ….je n’étais pas le seul , la grande attraction consistait a passer la tête dans l’entrée d’un poulailler et de regarder qui il y avait dedans.

Les panneaux autour des cous étaient parfois sans équivoque…. « POULET CH POULE »

Moi avec mon PEYRAC et ceux qui me croisaient …..c’était régulièrement « Nicolas ou le Comte ? »

Comme si leur vie en dépendait !

Je croisais toute sorte de volatiles… des dindons …des dindes….et même des OULAOULA …..

Il faudra que je le dise à ma vieille poule en vieille Gascogne….nous ne connaissons pas ça …

Le oulaoula est un gallinacé male très court sur pattes….si biens que ses organes génitaux touchent parfois le sol…..d’ou son nom….

Apres les tranches d’âges sont arrivés les poulaillers attractifs……comme le « COUNTRY » par exemple. Il y a une quantité de poules et de poulets qui trépignent en cadence pour éliminer la mauvaise graisse sûrement. Tous les volatiles ne sont pas dans le rythme, ils se foutent totalement de leurs voisins d’ailleurs…si bien que le vacarme est épouvantable , la lecture impossible , et très vite j’ai eu mal sous la crête.

Un peu plus bas on rentre dans le plus « efficace » avec les poulaillers « PARADE NUPTIALE » et « APPAIRAGES ». C’est dans ce dernier que …très intrigué….j’ai rentré la tête. Le silence était total……il n’y avait que de jeunes poulets….aucun ne caquetait…ils se regardaient comme s’ils étaient en faïence…. Pourtant….vu le nom du poulailler il faudrait des poules non ? Je n’ai toujours pas compris. Un jeune poulet habillé en poule m’a jeté un œil lubrique….j’ai tout de suite vu à sa plume dressée que ses intentions n’étaient pas Honnêtes…..

 

Quand j’ai vu le jeune folâtre se précipiter sur moi….

J’ai essayé de filer comme un dératé, mes pattes ont pédalé et dérapé sur le gravier,….

L’autre arrivait vite derrière….j’ai enfin réussi à m’élancer ! Côoooooooooooot ! ! !

 

Me faire ça à moi ….un vieux coq rabougri … ! je ne suis plus un étalon ! je courais à en perdre

haleine, le jeune courait vite le bougre !

Les badauds s’écartaient sur notre passage, plein de plumes et de duvets formaient notre sillage…

 

Enfin… le « troisième âge » ! Les FLASH BALLS …! le jeunot n’a pas insisté, il n’était plus chez lui….

Il est reparti la plume entre les jambes en me faisant des ailes d’honneur.

 

Moi j’était essoufflé, une aile appuyée contre le grillage…..les vieilles poules se tapaient les cuisses en me

Pointant du bout des plumes…..

J’avais failli me faire défoncer le croupion à garniture…..et ils trouvaient le moyen de se marrer !

 

Même le drap de lit était secoué…alors il s’est mis à caqueter d’une voix de sage….

 

« t’es couillon toi….qu’est que tu vas glander ailleurs….t’es pas bien ici ? ….on est tranquille…..les vieilles poules

ne cherchent plus la bague à la patte depuis longtemps….t’es peinard….elles ont de bons caquets et de l’expérience…

 

Parfois elles discutent entre elles sans vergogne des différentes positions de l’appairage…..elles appellent ça le GALLA SUTRA…

C’est gloussant des fois……

 

On voit bien que t’es nouveau….ici….. »

 

Ouais j’étais nouveau…..Bon ….Il n’y a plus qu’à attendre la bétaillère…..

 

Hubert de PEYRAC  23/02/2010